Education

Education :

 Le Boxer a moins de soumission naturelle que certains bergers (c'est quand-même un descendant  de  dogues),  mais  il  est  plus  courageux.  L'obéissance  n'est  pas  son  point  fort  et  il  fait régulièrement la sourde oreille. Il est important de le maîtriser parfaitement, ne serait-ce quand il sent

un danger pour son entourage car il partira au quart de tour ! Il tiendra la place qu'on lui a assignée, mais de préférence confortable.

Il est facile à éduquer et à conduire : docile, énergique, courageux, il a un mordant naturel et un odorat  fin.  Flattez-le  souvent  et  assurez-vous  qu'il  a  compris  ce  que  vous  voulez.  Essayez  de  vous mettre à sa place de Boxer et de vous demander comment prendre plaisir à tel ou tel exercice… Pour user de votre autorité, la voix et l'attitude suffiront bien souvent, il n'est pas conseillé de le soumettre,

de  le  contraindre,  encore  moins  d'être  brutal  avec  lui.  Vous  risqueriez  de  briser  les  relations harmonieuses  que vous aviez  avec lui,  il  serait réfractaire  à toute  injonction  et il n'y a rien  de pire qu'un Boxer buté. L'éducation prodiguée doit être acceptée par votre Boxer, pour son épanouissement

il ne doit pas la ressentir comme une contrainte. Faites-le travailler dans la joie et soyez démonstratif :

il cherchera d'autant plus à reproduire l'exercice qui vous a tant fait plaisir. Faites-le à tout moment, n'importe   et  le  plus  souvent  possible  et  pas  seulement  le  week-end  ou  sur  un  terrain  approprié. Vous obtiendrez alors bien des choses très rapidement en restant logique et en ne le saturant pas.

La femelle est réputée plus douce et plus malléable (question de poids aussi) mais le mâle n'est pas une terreur pour autant.

Vous pouvez essayer l'Agility qui convient bien à son tempérament joueur. Ou le canicross, le VTT,  le  roller  à  côté  de  son  chien,  la  randonnée,  le  jogging,  au  minimum  de  longs  jeux  de  balle. Nombre d'éleveurs recommandent de faire travailler le Boxer afin de canaliser son énergie, de savoir le maîtriser en cas de besoin et de lui donner une parfaite obéissance.

N'sitez pas à passer par un éducateur  canin  si  vous  vous  sentez  dépassé  car  l'éducation  d'un  Boxer  demande  un  minimum  de savoir-faire.  Cela  vous  évitera  aussi  de  vous  y  prendre  mal  sans  le  faire  exprès  et  de  savoir directement comment procéder. Exploitez bien son péché mignon : le goût du jeu. Le dressage ne vise pas à rendre le chien méchant mais, au contraire, lui permet de maîtriser ses instincts, d'acquérir des réflexes sûrs et d'obéir à un ordre précis.

Vous pouvez faire passer à votre chien le test de la CUN (Commission d'Utilisation Nationale) à partir de l'âge de 10 mois pour obtenir le CSAU (Certificat de Sociabili et d'Aptitude à l'Utilisation).

On  y  teste  la  sociabili aux  personnes  et  aux  chiens,  l'obéissance  et  la  sistance  au  stress  des conditions extérieures.

A l'âge des enfantillages, le Boxer ne déteste pas réduire en charpie vos chaussons et faire des confettis  avec le rouleau  d'essuie-tout : en principe cela passe quand arrive la maturité.  Mais, privé d'exercice et confiné entre 4 murs, rien ne dit qu'adulte, il ne "replongera" pas, histoire de se défouler

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site