le boxer de A à Z

Le Boxer du bout des pattes... au bout de la truffe

Au fil des années, le type Boxer a largement évolué. C'est le pays d'origine qui impose les critères de sélection. Lorsque l'Allemagne a interdit l'élevage de Boxers Noirs, les éleveurs ont dû se plier à cette règle. De même, lors de l'interdiction de la coupe des oreilles et de la queue, le libellé du standard a connu des modifications et l'appréciation du chien en exposition a évolué : dans les pays scandinaves, en Allemagne, en Suisse et aux Pays-Bas, les chiens “complets” (à oreilles tombantes et fouet long) sont devenus la règle. D'autres pays suivent ce mouvement comme la France où la coupe des oreilles est interdite depuis mai 2004). Le modèle du Boxer que nous connaissons est susceptible de varier encore sous l'influence du travail des éleveurs qui sans cesse sculptent et peaufinent sa plastique.

 

 



Allure générale

Le Boxer est un chien de taille moyenne, aux poils ras, d’aspect ramassé, à la construction carrée et à l’ossature puissante. La musculature est sèche et fortement développée. La poitrine doit descendre jusqu’aux coudes.

La tête

C’est la tête qui donne au Boxer son aspect caractéristique. Elle doit être proportionnée au reste du corps et ne paraître ni trop légère ni trop lourde. Le museau doit être aussi large et puissant que possible. Quel que soit l’angle sous lequel on examine la tête, le museau doit toujours rester proportionné au crâne, c’est-à dire ne jamais paraître trop petit.

Le pelage

Le Boxer a un poil ras, dur, brillant et serré. Deux coloris de robes sont actuellement reconnus : le Fauve et le Bringé. Les nuances du Fauve vont du jaune clair jusqu’au rouge cerf foncé. Le masque est noir. Les Bringés présentent des rayures foncées ou noires dans le sens des côtes, sur un fond de robe qui peut passer par toutes les nuances du fauve. En principe les marques blanches sont tolérées ; les américains les apprécient même beaucoup. Le Boxer blanc, qui représente près de 10 % des naissances, n’est plus reconnu en élevage depuis 1925, alors qu’il était omniprésent au début du siècle. Aujourd’hui, les 2/3 du corps du chien doivent en effet être soit bringé soit fauve.


 

 

Pourquoi ce rejet du Boxer Blanc bien qu’il ne s’agisse pas d'un chien albinos ? Pendant les deux guerres mondiales, les Boxers étaient utilisés par l’armée. Les Boxers Blancs trop visibles la nuit étaient mis de côté. Parallèlement, les personnes s’occupant de l’évolution de la race interdisaient plus de 6 chiots par portée. Au moment de sélectionner les chiots à garder, les chiots blancs ont donc été délibérément écartés de l’élevage car impropres à l’usage qu’on leur destinait. Le Boxer blanc est plus fréquemment atteint de surdité congénitale.

Taille et poids

Mâles : de 57 à 63 cm pour 30-32 kg
Femelles : de 53 à 59 cm pour 25-27 kg


 

 

 

Outre ses qualités physiques indiscutables, le Boxer est avant tout un compagnon de caractère, comme le soulignent les responsables de sa sélection : “Le caractère du Boxer est de la plus haute importance et doit faire l’objet de soins attentifs...”. Le standard précise à ce sujet : “Le Boxer doit avoir des nerfs solides, être sûr de lui, calme et équilibré”.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site