un coeur à surveiller

Un coeur à surveiller

Le Boxer est connu pour ses prédispositions à certaines affections cardiaques que les éleveurs cherchent à repérer le plus tôt possible afin de travailler sur la sélection génétique (Doxey & Boswood, 2004).

 

La cardiologie est le premier motif de consultation vétérinaire chez le Boxer adulte : elle rassemble 11 à 20 % des cas présentés suivant les classes d’âge (Veterinary Medical Data Base : plus de 11 000 cas suivis entre 1981 et 2001).

 

La sténose subaortique représente 22 à 35 % des cas d’affections cardiaques congénitales (Corlouer, 2002). Le Boxer est la race la plus touchée. Il s’agit de lésions des valvules aortiques qui perturbent le débit d’éjection du sang artériel, créant ainsi un bruit particulier audible à l’auscultation, appelé souffle cardiaque.

 

Dans une étude épidémiologique italienne, 35 % des Boxers auscultés présentaient un léger souffle cardiaque sans aucun signe clinique, ni aucune lésion évidente à l’examen échocardiographique (Bussadori & coll, 2001). Une prévalence similaire a été observée en Norvège, en Suède et en Grande-Bretagne (Heiene & coll, 2000).

 

Cas de sténose subaortique : examen échocardiographique
 

L’enregistrement échographique en 2 dimensions met en évidence l’hypertrophie du septum interventriculaire (1) et de la paroi postérieure du ventricule gauche (2).

 

Plus rare (elle ne représente que 5 à 10 % des cas de cardiologie canine), la cardiomyopathie dilatée (CMD) est une autre affection cardiaque qui touche le Boxer. Il s’agit d’une dilatation importante des cavités cardiaques, associée à un amincissement de la paroi musculaire ; le myocarde* finit par ne plus se contracter suffisamment pour remplir son rôle de “pompe” et diffuser le sang dans tout l’organisme.

 

L’étiologie génétique de la CMD ne fait plus de doute chez le Boxer, même si la maladie est souvent associée à une teneur plasmatique trop basse en taurine et/ou en L-carnitine (Costa & Labuc, 1994). Le mâle est plus touché que la femelle. Le ou les gènes en cause sont actuellement recherchés (Meurs & coll, 1999).

 

FACILITER LE FONCTIONNEMENT DU MUSCLE CARDIAQUE

 

L’administration d’un supplément de taurine et de L-carnitine à des chiens atteints de cardiomyopathie dilatée a permis de sevrer ces chiens de leur traitement médicamenteux tout en leur permettant de maintenir une vie normale (Kittleson & coll, 1997).

 

Examen échocardiographique d’un cas de cardiomyopathie dilatée chez un chien de grande race

 



 

Une coupe parasternale droite dans la longueur montre la dilatation de l’atrium gauche (AG) ainsi que la forme sphérique que tend à prendre le ventricule gauche (VG). Il est difficile de voir la dilatation du ventricule à la radiographie à cause de la configuration particulière de la poitrine chez le Boxer.

1er objectif : encourager une bonne contractilité cardiaque grâce à la taurine

La taurine est un acide aminé normalement synthétisé par le chien à partir de la méthionine et de la cystine, mais qui peut devenir limitant lorsque la synthèse paraît insuffisante comme c’est le cas dans certaines races ou certaines lignées. Une prise de sang permet de déterminer si un chien est carencé en taurine.

 

La taurine est essentielle à la contractilité du muscle cardiaque : elle a un effet inotrope* positif ou négatif suivant que le calcium est ou non abondant dans les cellules ; la taurine protège les myocytes* contre l'excès de calcium, et elle exerce un rôle anti arythmique* (Satoh & Sperelakis, 1998).

 

Variation de la silhouette cardiaque normale chez le Boxer

 


 

Le coeur est étroit, fin et allongé, plus long que large et presque vertical en vue latérale.

 

 

Le coeur est globuleux, largement en contact avec le sternum.

 

Les radiographies thoraciques sont difficiles à interpréter chez le Boxer car sa silhouette cardiaque varie de l’ultralongiligne (à gauche), à l’ultrabréviligne (à droite).

 

Des cas de CMD chez le chien ont été associés à des taux plasmatiques en taurine extrêmement bas (Alroy & coll, 2000), en particulier chez le Terre-Neuve (Dukes-McEwan & coll, 2001). Chez des Boxers atteints de CMD, des réponses positives à une supplémentation en taurine ont été notées (Backus & coll, 2003). Il convient donc d’apporter des quantités suffisantes de taurine dans l’alimentation.

2e objectif : faciliter l’approvisionnement énergétique du myocarde grâce à la L-carnitine

Une étude portant sur des chiens insuffisants cardiaques a montré que la concentration en Lcarnitine dans le myocarde est souvent diminuée, même si la valeur plasmatique est normale (Pierpont & coll, 1993).

 

Chez le Boxer, une supplémentation orale permet d’augmenter la teneur cardiaque et tissulaire en carnitine (Costa & Labuc, 1994) ;
Il a été obtenu une rémission complète de la CMD et une réversibilité des lésions chez quatre Boxers de la même famille, après 24 semaines de supplémentation en L-carnitine (Keene & coll, 1991). La maladie a récidivé après interruption du traitement.

 

L’action de la L-carnitine est d’autant plus efficace que la dose est importante et que son administration démarre tôt dans la vie du chien. Avec plus de 800 mg/kg, BOXER 26 est très riche en L-carnitine.

3e objectif : aider les cellules cardiaques à lutter contre les radicaux libres grâce à l’incorporation d’un complexe antioxydant

La notion de stress oxydatif a été impliquée dans le développement d'un certain nombre de maladies cardiaques. Chez des chiens atteints de CMD, l’administration d’antioxydants sous forme de compléments nutritionnels fait partie des mesures thérapeutiques conseillées lors d’affections cardiaques.

 

Les principaux antioxydants présents dans l’aliment BOXER 26 sont :

La vitamine E : les chiens insuffisants cardiaques produisent d'avantage d'oxydants et présentent des taux plus faibles de vitamine E (Freeman & coll, 1999),
La vitamine C : sa présence potentialise l’effet de la vitamine E,
La lutéine protège les membranes lipidiques des dommages dus au stress oxydatif,
Les polyphénols de thé vert et de raisin : une relation inverse existe entre l’apport en flavanoïdes* alimentaires et les maladies cardiovasculaires (Urquiaga & Leighton, 1999),
La taurine : outre son effet sur la contractilité cardiaque, elle a aussi des propriétés antioxydantes.

 

Sites d’action des antioxydants

 

 

Un apport très diversifié d’antioxydants agissant en synergie permet de mieux protéger les différents points sensibles de la cellule et d’optimiser la protection contre l’oxydation.

4e objectif : contribuer à limiter le risque d’arythmie* cardiaque grâce à un apport en EPA/DHA

La consommation d’huiles de poisson favorise l’incorporation d’acides gras oméga-3 à longue chaîne (EPA/DHA) en quantité importante dans les phospholipides membranaires du myocarde. Lorsque la concentration en DHA est élevée dans le myocarde, il est moins vulnérable aux arythmies* tant in vivo qu’in vitro (Pepe & McLennan, 2002).


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site