chien visiteur

 

article " le télégramme" , 1 er page sur quimperlé
 
 
Quimperlé

Bois-Joly. Des visiteurs peu ordinaires

2 août 2011

Ce sont des visiteurs peu ordinaires que les pensionnaires du pavillon des Camélias, à Bois-Joly, ont reçu hier après-midi: quatre «chiens visiteurs» ont égayé l'après-midi de leur présence.

Accompagnés de leurs maîtres, deux boxers, Divine et Bandit, un berger suisse, Billy, et un scotland, Keos, ont passé une bonne heure parmi une vingtaine de personnes âgées de la résidence, à Bois-Joly. Au détour des caresses, des petits coups de langue sur la main, des câlins sur les genoux, le dialogue s'est noué entre personnes âgées, personnel et bénévoles de l'Association canine moëlanaise. «J'ai peur des chiens, car j'ai été mordue quand j'étais jeune», confie cette dame... Tout en finissant par prodiguer une vigoureuse caresse à Billy. Devant Bandit, cette autre se souvient: «J'en ai eu beaucoup des chiens; il y en avait toujours à la maison. Mais c'était plutôt des chiens de chasse...». «C'est impressionnant, souligne Sandrine Racinet, animatrice du pavillon des Camélias. La présence des chiens fonctionne très bien, y compris auprès de personnes que je ne parviens pas à "toucher" par le biais d'autres animations».

Solliciter la mémoire déclencher la parole

C'est elle qui a eu l'idée de contacter le club moëlanais. Après avoir constaté les bénéfices d'une présence animale auprès des personnes âgées lors de l'intervention d'une zoothérapeute. «Tout le monde, ou presque, a eu un chien dans sa vie», explique l'animatrice. Mettre en présence chiens et personnes âgées sollicite la mémoire, la parole, le toucher, la vue... «Et ça change des animations habituellement proposées».

Distraction et réconfort

Mais attention, Divine, Bandit, Billy et Keos ne sont pas des chiens tout à fait comme les autres. «Cinq chiens du club ont suivi, en juin, une formation de chiens visiteurs», explique Christophe Huellic, président du club canin moëlanais. Une formation dispensée par un professionnel et sanctionnée par un «diplôme», grâce à laquelle ces chiens peuvent «intervenir» dans les établissements de type écoles, prisons, hôpitaux, maisons de retraite... À tous, ils apportent distraction, contact, réconfort. «Le chien crée un rapport, c'est un lien». Des chiens peu ordinaires certes, mais ce type d'intervention est aussi un choix de leurs maîtres: «Informer, prévenir, changer le regard sur les chiens, ça fait partie du rôle de notre association», souligne Christophe Huellic. Cette première intervention en maison de retraite s'inscrit dans la droite ligne des différentes animations, toujours bénévoles et gratuites, proposées par le club canin: dans les écoles mais aussi auprès de professionnels comme les pompiers dans le cadre de formations «risques animaliers et prévention des morsures».

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site