Les chaleurs

 

Les chaleurs chez la chienne

Le cycle de la chienne 

  

La puberté est marquée par l'apparition des premières chaleurs chez la chienne et par la capacité, pour celle-ci, à reproduire. Elles débutent généralement entre 8 et 12 mois.
Si la fécondité maximale n'est atteinte que vers les 2èmes, ou 3èmes chaleurs, aucune étude n'a encore pu démontrer les effets néfastes d'une reproduction très précoce. L'âge de 12 mois est souvent fixé par la S.C.C. pour la confirmation, ce qui limite d'ailleurs la possibilité de faire reproduire des chiens trop tôt.

Les chiennes seront ensuite en chaleurs selon un cycle plus ou moins régulier d'une durée moyenne comprise entre 6 mois et 1 an. Dans la nature, le cycle des chiennes sauvages est de 6 mois. Il semble que la domestication soit la cause de l'allongement de la durée du cycle de nos chiens.

Si certaines chiennes sont parfaitement régulières, d'autres sont totalement irrégulières avec des cycles qui pourront durer parfois 2 ans. Les chercheurs estiment que l'héritabilité génétique (rôle plus ou moins important que la génétique va jouer dans la transmission d'un caractère) de la fréquence des chaleurs est de 35%. Ce chiffre est très important et signifie que la propension qu'a une femelle à transmettre son type de cycle sexuel est grande.

Facteurs ayant une influence sur les chaleurs.

L'âge:

Avec l'âge, la fréquence des chaleurs a tendance à diminuer. Elles s'espacent et deviennent plus discrètes, laissant parfois penser au propriétaire de la chienne que celle-ci n'en a plus. Mais il n'en est rien, une chienne âgée peut toujours être saillie et devenir gestante.

La saison:

Contrairement au loup, animal sauvage dont la reproduction est saisonnière, les chiennes reproduisent toute l'année, même s'il y a davantage de chiennes en chaleurs à la fin de l'hiver et au printemps.

Les chaleurs:

Les chaleurs de la chienne durent 3 semaines pour un cycle total moyen de 8 mois (parfois 6 mois, mais parfois 1 an, et même plus). La phase de repos sexuel est donc très importante.
Elles sont caractérisées par les écoulements vulvaires sanguinolents et par l'attirance de plus en plus marquée du mâle pour la chienne (s'il y en a un présent avec elle)....Alors que celle-ci refuse catégoriquement les avances du mâle.

Le suivi des chaleurs et ses avantages.

  • Il est prouvé que 50 à 80% des chiennes qui ne sont pas fécondées après un accouplement ont été présentées au mâle à un moment inapproprié.
  • Réduction au minimum des dépenses en cas de déplacement pour une saillie loin de son domicile: frais de repas, d'hôtel....
  • Calcul optimal du moment de la saillie en cas d'utilisation d'un mâle âgé qui doit être économisé physiquement.
  • Et possibilité de cibler très précisément le moment de la mise bas.

Le suivi des chaleurs

La période fertile chez la chienne se situe au 3ème et 4ème jour après l'ovulation. Les chiennes saillies avant cette période, ou après, ont plus de risques de ne pas être gestantes, ou d'avoir une portée peu nombreuse.
D'une manière générale, la croyance populaire place la bonne période pour une saillie entre le 10ème et le 13ème jour. A noter toutefois, qu'avec l'âge, la période fertile recule et se situe plutôt vers le 15ème, ou même 16ème jour.

Une étude réalisée par l'école vétérinaire d'Alfort portant sur 745 chiennes montre qu'effectivement 40% des chiennes sont prêtes pour une saillie entre le 10ème et le 13ème jour.

On peut déjà faire la remarque que cette plage journalière manque singulièrement de précision puisqu'elle s'étale sur 4 jours. 
On peut encore remarquer qu'il reste très logiquement 60% des chiennes qui ne correspondent pas au planning type des 10ème et 13ème jours servant de repère à de nombreux éleveurs. 10% des chiennes ont été fécondées avant le 10ème jour et 50% après le 13ème jour.

La période optimale de fécondité.

Le pic de LH donne le signal de l'ovulation.

En fin de pro-oestrus, les hormones femelles (oestrogènes) produites par les follicules ovariens stimulent l'hypophyse. En réaction celle-ci va libérer dans le sang une grande quantité de LH. C'est le pic de LH. Son effet est immédiat. Les follicules ovariens sont, à ce stade, remplis de liquide sous pression.
La décharge hormonale de LH va les faire éclater dans un délai de 48 heures libérant les ovocytes: c'est l'ovulation.
48 heures sont encore nécessaires pour permettre aux ovules d'arriver à maturité. Ils ont ensuite 48 à 72 heures de survie avant de dégénérer et mourir.

LH : Hormone luténeisante (La LH est une hormone secrétée par le lobe antérieur de l'hypophyse sous l'influence d'une hormone stimulante hypothalamique (LH-RH) et des organes cibles de la reproduction.)

En résumé, chez la chienne la période optimale pour la fécondation se situe entre 2 et 5 jours après l'ovulation, quand les ovules sont mûrs.

C'est simple, dosons la LH.

Sachant que le pic de LH déclenche l'ovulation dans les 48 heures. Et que la bonne période se situe entre 2 et 5 jours après cette ovulation...Il suffirait de repérer ce pic de LH pour fixer à coup sûr le moment de la saillie 4 à 7 jours plus tard.
Malheureusement très peu de laboratoires européens dosent la LH canine, hormis pour la recherche. En outre, le dosage est très coûteux.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site